Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
10Franklin
12Gaîté

9. Choiseul, réel 1

mai 1969

Lieux
Mai 69
N° 9
Le passage Choiseul1
Réel

Lundi 26 mai2
16 h 10

Recopié 69 boulevard Beauséjour (chez Esther)3
Le 30 mai 1969 à 11 h 30

Arrivée en métro, station Quatre-Septembre, venant du Pont de Levallois (interview à Courbevoie).

Entrée par la rue de Choiseul :

à gauche

La Garopull4 » (fermé)
« Solea » chaussures

à droite

Café Bar
« A. Lecoq » (?)
Photo Ciné « Choiseul Kodak »
Bas Mouchoirs Fourrures « Verne »

à gauche

Parapluies « Marie-Louise »
« Les Bas Mireille »
Pédicure

à droite

Graveur Imprimeur « E. Boisnard »
« Maison fondée en 1825 par Thibous »

à gauche et à droite

« Papeterie du Bon Marché »

à gauche

Papeterie (suite)

à droite

« Parfumerie de Choiseul » Maison Deffau

à droite

« Offset Publicitaire et Commercial »
(Varityper5, IBM)

à gauche

« Au Tissage »

à droite Nos 69-71

Mercerie Rubans

à gauche

Pipes
« Kame Boutique » (tricots)
« Yvette Chaussures »
« Prêt-à-porter Morgane »
« Loisirs Livres » (on n’y voit pas La Disparition en devanture6)

à droite N° 67

« Maroquinerie Soldes Super Remises
Liquidation Totale » « Gaston Bled »
(le magasin est déjà fermé, l’intérieur
est déjà en démolition)
« Bouffes Parisiens » Quatre pièces sur jardin de Barillet [et] Grédy

N° 59

Parfumerie « Patricia »
Horloger bijoutier
55 « Pique-Puces » (vêtements) « Soldes »

gauche

Chapeaux (sans nom sur la façade)
58 « G. Bausat » « Ville et Sport » (tailleur)« Cl. Lavrut » « Dessin Matériel de Bureau »

(petit passage – passage Sainte-Anne – vers la BN)

droite

« Barlett Chaussures » (quatre boutiques)

gauche

50 « Mini Boutique » (vêtements)
48 Chaussures « Mireille »
46 Horlogerie Bijouterie « Demollières »
« La Gorgerette » (lingerie)

droite

Sortie
« Talon Minute »
39-41 « À la Confiance » « Nouveautés Utiles »
(surtout des cristaux)
35-37 « Cactus Bazar7 »
33 Circulaires Photocopies

gauche

38-40-42 « Catherine Harley8 » (3 boutiques dont une d’annexion toute récente)

 

36-34 « Le Jeune De Bridiers Successeurs » Jouets Mercerie

 

32 « Ridivoile » (Rideaux)

 

30-28 « Cover Girl Bazar »

 

26 « Pingouin Stemm » (lainages)

à droite

23 à 31 Boutiques à louer cinq arcades peintes en vert ; aux murs du papier imitant la pierre de taille ou la meulière
(ex. librairie « Lemerre »9)

 

21 Optique

 

19 « Éric Conseil » (immobilier)

à gauche

24 « Opéra Linge » (chemisier)

 

22-20 « Laure Lingerie »

 

12 à 18 « Barlett Chaussures »

 

10-8 « La Chemise de France »

à droite

15-17 « Groupement des Amateurs de
Théâtre Timy » (agence)

 

13 « Detreze Maroquinier » « Bail à céder
Soldes »

 

11 « Vitos » (lingerie)

 

7 et 9 en installation
5
3
} café
le 5 est en train d’être repeint en rouge bordeaux
1

à gauche

6 Gardien du passage
(remaillage ?)

 

4-2 « Madeleine Desfontaines Modiste »

Fin à 16 h 45

 

Essai de récapitulation10 :

Pull IIII
Chaussures IIIII
Café I
Photos I
Lingerie IIIIIII
Parapluies I
Pédicure I
Gravure I
Papeterie III
Parfums II
Tirages-Dactylo II
Mercerie II
Pipes I
Vêtements IIIIII
Librairie I
Rideaux I
Optique I
Agence théâtrale I
Agence immobilière I
Agence de Mode I
Antiquités I
Verrerie I
Cordonnerie I
Chapeaux I
Horlogerie II
Théâtre I
Maroquinerie II
NOTES

1 Dans la plupart des « souvenirs » consacrés au passage Choiseul, Perec s’interroge sur le choix de ce lieu. Peut-être la raison (qu’il n’évoque cependant pas) en est-elle littéraire ou intertextuelle. Dans Un homme qui dort, on lit en effet : « Tu découvres les passages : Passage Choiseul, Passage des Panoramas, Passage Jouffroy, Passage Verdeau, leurs marchands de modèles réduits, de pipes, de bijoux en strass, de timbres, leurs cireurs, leurs comptoirs à hot-dogs » (p. 199 – voir aussi le chapitre lii de VME). On se souviendra aussi que Céline a passé son enfance passage Choiseul (évoqué sous le nom de « Passage des Bérésinas » dans Voyage au bout de la nuit et surtout Mort à crédit) et que la description des boutiques tient une place importante dans « Le Passage de l’Opéra » du Paysan de Paris d’Aragon. Voir également ci-dessous la note 9 de ce texte. Enfin, il n’est peut-être pas indifférent pour le choix du passage Choiseul que Perec y ait acheté le puzzle qui sera l’un des points de départ de La Vie mode d’emploi (voir le texte 43).

2 L’agenda de Perec de 1969 porte pour ce jour la mention : « 15 h Courbevoie [au-dessus de Cognacq-Jay rayé] studio 2 ou 3 Grenier » (FGP 25, 32 v° – il s’agit d’un entretien sur La Disparition avec Roger Grenier – voir le texte 26, n. 29 – pour l’ORTF – « Georges Perec et La Disparition », Actualités littéraires, diffusé le 5 juin 1969, ORTF) ; puis : « Choiseul » à la date du mardi 27 mai et non du lundi 26 (FGP 25, 32 v°).

3 Nouvelle adresse de la tante de Perec, après celle de la rue de l’Assomption.

4 La graphie des deux premiers « réels » du passage Choiseul (ce texte et le texte 29) donne plutôt à lire « Caropull » mais le troisième « réel » (texte 56), seul à proposer un état recopié dactylographié, porte « La Garopull » ; nous choisissons donc cette leçon. Trois lignes plus bas, le point d’interrogation suivant « A. Lecoq » est levé dans le texte 29 (il s’agit d’un fleuriste).

5 Marque de machines à écrire à espacements variables utilisées en imprimerie jusque dans les années quatre-vingt.

6 Ce roman de Perec vient alors de paraître, en avril 1969.

7 Voir JMS, n° 108, p. 816. Sur l’orthographe fluctuante du nom de ce magasin, voir le texte 87.

8 Les premier, deuxième et cinquième « réels » du passage Choiseul, qui sont manuscrits, donnent clairement à lire « Harley » ; le troisième, tapuscrit, porte « Harlé » par erreur ; nous harmonisons l’orthographe. Il s’agissait d’une maison de haute couture et d’une agence de mannequins.

9 La librairie maison d’édition d’Alphonse Lemerre (éditeur de Verlaine, des Parnassiens et de Raymond Roussel, entre autres), effectivement sise passage Choiseul, cessa ses activités en 1965 – mais le nom figurait probablement encore sur la devanture de la boutique quand Perec a visité le lieu. Ce détail est absent du document de « prise de notes ».

10 Cette procédure de synthèse fait songer à l’« Inventaire » (lu par Claude Piéplu et surimposé à la voix de Perec) dans l’émission de radio Tentative de description de choses vues au carrefour Mabillon le 19 mai 1978 (l’un des relais de Lieux selon Perec), et faisant lui aussi le décompte de certains éléments égrenés au cours de la description antérieure : « 475 véhicules à deux roues, dont / 197 mobylettes, 128 motocyclettes, 97 vélos, 35 scooters, 18 vélosolex // 16 tricycles et triporteurs », etc. (« Inventaire » dans le livret éponyme du coffret de 4 CD Georges Perec, Marseille, André Dimanche / INA, 1997).

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.