Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
66Franklin
68Gaîté

67. Contrescarpe, souvenir 3

octobre 1971

Lieux

31 octobre 1971
Vers 16 h 30
53 rue de Seine

Souvenirs de la place de la Contrescarpe

Il y a quelques jours à peine, plus précisément jeudi soir, nous avons été prendre un pot, rapidement, au grand café de la place (son nom m’échappe). Nous étions cinq : Jacqueline, Paulette, Helmlé et Kamps, et moi1. Nous sortions du spectacle de Bonino à « La Vieille Grille »2, où nous étions allés, non pas tellement parce que plusieurs personnes nous avaient récemment parlé du génie de ce type, mais, plus précisément ce soir-là, parce que Harry Mathews devait s’y rendre et que je voulais le revoir avant son départ, le lendemain, pour les USA.

Il y avait peu de monde sur la place, d’habitude si encombrée. Ça avait même l’air un peu triste.

Tout au début de l’année, je crois, j’étais allé avec S[uzanne] et quelques autres manger des crêpes, en sortant d’un autre spectacle, celui deDubillard à « L’Épée de Bois », avec Fresson et Lucienne Hamon (entre autres)3. Ce doit être l’une des dernières soirées que j’aie passée avec S[uzanne]. Le spectacle avait quelque chose de décevant. Les crêpes étaient bonnes. Il y avait avec nous Fresson et son amie (scénariste qui profita de l’occasion pour me raconter un synopsis douteux, apparemment satire de la technocratie, et qui plus tard vint me voir pour que j’y travaille avec elle – c’était juste avant mon départ pour Sarrebruck et j’en profitai pour refuser), et un agent (peut-être bien de Delon) qui s’était occupé du film de Fresson (Portrait de Marianne, que j’avais vu l’année passée à Cannes) alors sur le point de sortir (et de se ramasser)4. Nous avons bu du vin. Beaucoup je crois.

Un peu plus tard dans l’année, j’ai pris quelques vodkas dans un autre bar à côté (« L’Irlandais » qu’il s’appelle, je crois) avec Roger K[leman]. J’en garde une impression également assez désagréable.

Un peu plus tard encore, un soir, devant aller à la cinémathèque d’Ulm voir Remorques 5, avec Dominique P[aul]-B[oncour]6 (chez qui, l’ayant perdue de vue depuis presque six mois, j’ai dîné hier soir), j’ai pris également un pot à « L’Irlandais ». Nous avions diné, extrêmement mal, dans un des bouis-bouis de la Mouffe.

J’ai dû y passer à d’autres reprises. Dont certainement une fois l’année dernière, une fois encore avant d’aller à la cinémathèque (il me semble que c’était pour Le Bal des cinglés de Quine7, peut-être même, hélas, en V. F.), j’ai traîné dans tout le quartier passant chez tous les amis ou anciens amis que j’y avais (Kleman ? Michaud ? Monique ? Georges ?) : ce devait être en novembre, époque où ça allait de plus en plus mal avec S[uzanne]8.

Ces quelques souvenirs esquissés se ressemblent tous par une certaine mélancolie ou sentiment d’insatisfaction : [ni] la Contrescarpe ni la Mouffe ne semblent être pour moi des endroits stimulants.

Je ne sais pourquoi ; j’y ai quand même quelques souvenirs plus agréables : un pot une fin de journée d’été, avec P[aulette] et Gautier (avant d’aller dîner avec Monique dans un très bon restaurant du 15e (« Le Marché ») : nous avons vu passer Denise Péron9.

Le soir du 14 juillet (ou 13) de cette année, j’avais dîné avec Prévost10 (dans un boui-boui de Montparnasse) : il me semble que je suis allé dormir chez Pau[lette] (alors en Tunisie) parce que j’avais des coups de téléphone à donner le lendemain et que j’ai un peu traîné, me souvenant des bals de jadis dans le coin.

Idem le lendemain soir ; j’ai croisé Ribes11, motocycliste de choc, en partance pour l’Asie du Sud-Est : that’s life ?

Grand sentiment de solitude ce soir-là, il me semble. Problèmes avec B[arbara] K[eseljevic]12.

NOTES

1 Jacqueline : peut-être Jacqueline de Guitaut (voir le texte 34, n. 3) ou, plus probablement, Jacqueline Ancelot (Perec appelant généralement Jacqueline de Guitaut « Guitaut »), avec qui il eut une liaison (elle deviendra professeure à l’École d’architecture de Paris-La Villette ; c’est elle qui, tandis qu’elle était encore étudiante, a dessiné pour Perec la façade de l’immeuble de La Vie mode d’emploi – voir « En marge de La Vie mode d’emploi », dans Œ2, p. 673 ; c’était une amie de Joëlle Gilbert, elle-même compagne de Jacques Lederer). Helmlé : Eugen Helmlé, le traducteur allemand de Perec depuis 1966 et avec lequel ce dernier a réalisé divers Hörspiele (au moment de la rédaction de ce texte, Helmlé est effectivement à Paris notamment pour rencontrer Queneau – voir « Cher Georges » – « Cher Eugen ». Die Korrespondenz zwischen Eugen Helmlé und Georges Perec, Sankt-Ingbert, Conte Verlag, 2015, p. 255). Kamps : Johann-Maria Kamps, producteur à la radio sarroise pour laquelle furent créés pratiquement tous les Hörspiele de Perec.

2 Jorge Bonino, acteur et artiste argentin qui donna à « La Vieille Grille » un spectacle dans un langage entièrement inventé ; pour « La Vieille Grille », voir le texte 21, n. 16.

3 Il s’agit du spectacle Les Crabes, ou les hôtes et les hôtes (pièce de Roland Dubillard) et de Massacrons Vivaldi (pièce de David Mercer adaptée par Roland Dubillard), effectivement donné en janvier 1971 au « Théâtre de l’Épée de bois » (à l’époque situé dans la rue du même nom, proche de la rue Mouffetard et de la Contrescarpe – et désormais à la Cartoucherie de Vincennes), dans lequel jouait – outre Bernard Fresson et Lucienne Hamon – Roland Dubillard lui-même (lequel était aussi un familier du Moulin d’Andé).

4 Le Portrait de Marianne, film de Daniel Goldenberg (1971) avec Bernard Fresson. En mai 1970, Perec s’est effectivement rendu à Carros, chez Suzanne Lipinska, et de là au Festival de Cannes.

5 Film dramatique de Jean Grémillon (1941).

6 L’actrice Dominique Paul-Boncour dont une courte lettre figure dans la correspondance de Perec conservée dans le FGP (cote : 36, 65) et avec qui Perec eut également une courte liaison.

7 Comédie militaire de Richard Quine (1957). Voir aussi la note suivante.

8 Georges : Michèle Georges (qui habitait effectivement le quartier – voir le texte 35) et comme le confirme une lettre non datée (mais datable en interne du mardi 24 novembre 1970 dans la soirée) à Suzanne Lipinska lue par elle-même au colloque de Rabat des 1-3 novembre 2000 après son intervention, puis publiée dans les actes de ce colloque (Jean-Luc Joly, éd., L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation, Rabat, publications de l’université Mohammed-V, 2002, p. 53-56 – fac-similé de la première page de la lettre, p. 57). Cette lettre indique aussi que le film vu ce soir-là à la cinémathèque était My Sister Eileen (Ma sœur est du tonnerre), film musical de 1955, également réalisé par Richard Quine, d’où sans doute la confusion de Perec.

9 Voir le texte 45, n. 6.

10 Jean-Pierre Prévost : cinéaste, compagnon de Christine Lipinska ; Perec a collaboré avec lui au scénario d’un film, Malédiction, qui ne fut pas tourné. En 1973, il réalise Jacques Roubaud, pour l’émission Les Poètes, avec la participation de Georges Perec (ORTF, première diffusion le 30.08.73, couleur, 21 min). Voir le texte 26, n. 34 (entrée Régis Henrion) et le texte 75, n. 12.

11 Jean-Paul Ribes : journaliste et écrivain (porteur de valises, maoïste, membre de l’UEC, l’Union des étudiants communistes, ensuite devenu bouddhiste et grand défenseur du peuple tibétain) ; c’était un ami de Marcel Bénabou par qui Perec l’avait connu en Tunisie en 1961 lorsqu’il avait accompagné un petit groupe de normaliens invités à l’ENS de Tunis nouvellement créée (dont Régis Debray et Claude Burgelin). Il était effectivement motard et a effectué à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix plusieurs voyages en Asie du Sud-Est.

12 Barbara Keseljevic : voir le texte 26, n. 34. Après sa rupture avec Suzanne Lipinska, Perec semble multiplier les relations amoureuses « pour tromper son absence » comme il l’écrit dans le texte 63 (Jacqueline Ancelot, Barbara Keseljevic, Dominique Paul-Boncour, Christine Joannidès un peu plus tard). Avec Barbara Keseljevic, la plus suivie de ses relations d’alors, il rompra en 1975 pour Catherine Binet.

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.