Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
50Saint-Honoré
51Junot

49. Vilin, réel 3

janvier 1971

Mercredi 13 janvier 1971
Lieux
Réel
Rue Vilin

Froid sec – soleil

Venant du CHU1

N° 1

Fronton triangulaire au-dessus de la porte
Magasin à gauche (bleu) fermé, à tente rouge déchirée, pendante
Magasin à droite : fournitures pour tailleurs ?

 

N° 3

Couleurs
« Au bon accueil », confection, bonneterie2

 

N° 2

 Café-restaurant

 

N° 4

Boutonniériste

 

N° 5

« Laiterie Parisienne »3
« Au Docteur du Vêtement », teinturerie, pressing
« Besnard Confection »

 

N° 7

Immeuble démoli ; palissade où La Cause du peuple
est affichée4

 

N° 6

Plomberie sanitaire
Coiffure

 

N° 9

Café-restaurant-bar « Marcel’s »5
Magasin fermé

 

N° 11

Magasin fermé
« Vilin Laverie » (coin Julien-Lacroix)
« Pour expropriation fermeture définitive le 24 décembre »6

 

N° 10

« Parage de peaux à façon »
Papeterie-mercerie (fermée)

 

N° 12

Pantalons en tous genres

 

N° 14

Maison fermée

 

N° 15

Maison démolie

 

N° 17

Bar Caves
« Chez Haddadi Farid » (tente)
Sur la vitre :

« Novo Otvoren
Jugoslovenski
Cafe-restoran
Kod Milene »7

 

N° 16

Boucherie verte fermée
Autre magasin fermé

 

N° 18

Café-bar
« Hôtel de Constantine »

 

N° 20

 

N° 22

Hôtel Café

 

N° 19

Maison condamnée

 

N° 21

———————- ?

 

N° 24

Coiffure de dames

 

N° 25

Magasin fermé

 

Dans la cour du 24 poutrelles de métal ; des ouvriers en face repeignent un toit (rue des Couronnes) ; des grues au loin8

N° 27

Magasin fermé

 

À partir du 27 palissades

N° 26

 

N° 28

Maison encore habitée

 

N° 30

 Magasin de mode9

N° 32

Vins et Liqueurs fermé

N° 34, 36

Taudis

 

Des voitures tout du long ; quelques passants

N° 41, 43, 45 (« Hôtel du Mont-Blanc »), 47 Immeubles bouchés

 

N° 36

Une dame en sort ; vit là depuis 36 ans ; n’était venue
que pour trois mois10

 

Puis palissades

N° 49

 Une dame tousse à la fenêtre

N° 51

Condamné

N° 53-55

« Le Repos de la Montagne »11, vins (fermé)

 

Tout en haut terrain vague

Hangar avec un panonceau neuf : « Applications plastiques »

NOTES

1 Le CHU Saint-Antoine où Perec travaille (voir le texte 1, n. 1).

2 Dans le texte 4, ce commerce est nommé « Au Bon Travail » – mais « Au Bon Accueil » dans tous les autres « réels » de Vilin, comme ici. On trouve la même dualité d’appellation dans les « réels » de Vilin publiés (voir Tentative de description de quelques lieux parisiens dans l’édition numérique).

3 Voir le texte 18, n. 16.

4 Journal de gauche refondé en 1968 et dont Jean-Paul Sartre est le directeur de publication au moment où est écrit ce texte.

5 Ce commerce est nommé « Marcel » dans les deux précédents « réels » de Vilin – mais « Marcel’s », comme ici, dans l’avant-dernier (et on trouve semblable dualité dans les « réels » de Vilin publiés).

6 Var. texte publié : « Au 11, un magasin fermé et VILIN-LAVERIE » (il y aurait donc ici deux magasins au même numéro quand le texte de prise de notes est plus vague à ce propos) ; la mise en page donne ensuite à penser que le texte « pour expropriation… » est celui d’une affichette placardée sur l’un des deux magasins, sans préciser lequel (du « magasin fermé » ou de la laverie). Le texte 4 mentionne au 11 « Vilin-Laverie », tandis que le texte 36 mentionne au 11 un « magasin fermé » et au 13 une « laverie bleu délavé ». Le « réel » de Vilin suivant ce texte 49 constate la destruction des immeubles des numéros 11 et 13. Mais l’observation des photos prises par Pierre Getzler à l’occasion de l’écriture du texte 36 (et placées dans l’enveloppe du texte 37) permet néanmoins de constater que la laverie se situait au numéro 13.

7 Inscription en serbo-croate : « Récemment ouvert : café-restaurant yougoslave “Chez Milene” ».

8 Var. texte publié : « Au 24 : coiffure dames (pas le magasin, seulement la trace de l’enseigne peinte sur le mur) ; dans la cour du 24, des poutrelles de métal ; des ouvriers en face réparent un toit (d’un immeuble rue des Couronnes ?). Au loin des grues. » À propos de ce salon de coiffure, qui fut celui de la mère de Perec, voir les textes 4 et 36, la note 6 de ce premier texte et les photos accompagnant les textes 4 et 37.

9 Var. texte publié : « au 30, un magasin de modes avec l’inscription modes en anglaises ».

10 Var. texte publié : « Du 36, une dame sort : elle vit là depuis 36 ans ; elle n’était venue que pour trois mois ; elle se souvient très bien de la coiffeuse du 24 : – Elle n’est pas restée très longtemps. »

11 Voir le texte 36, n. 9.

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.