Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
111Contrescarpe
113Mabillon

112. Choiseul, réel 5

août 1974

Le passage Choiseul
Réel
Août 74
N° 112

Voir les nos 102 et 106

Dimanche 15 XI[I] 74
Vers 16 h
(rédigé à 18 h 30 rue Linné)1

Le passage était quasi désert.

J’ai surtout vu la papeterie « Lavrut », un magasin de mode (« Lothar’s ») en transfert. Aux « Bouffes Parisiens », on joue Monsieur Amilcar 2. Aux numéros 69-71-73 il y a une grande officine de reprographie. Le magasin de chaussures est toujours épars de chaque côté3.

Toujours en place : « Catherine Harley », « Cactus Bazar », « La Maison du Lot-et-Garonne »4, la librairie porno, un magasin de verreries, le magasin de mode avec une armoire en guise de porte5.

NOTES

1 C’est par une erreur d’écriture du chiffre romain que Perec date ce texte du « 15. XI. 74 » (qui ne fut pas un dimanche) ; en fait, ce texte fut écrit le 15 décembre (bel et bien un dimanche) en même temps que les textes 102 (un « réel » de Junot) et 106 (un « réel » de Saint-Honoré) – d’où le renvoi à ces textes ; dans son agenda-journal de 1974, Perec note d’ailleurs le 15 décembre : « En métro à Lamarck-Caulaincourt ; descendu de l’avenue Junot au Palais-Royal en empruntant beaucoup de passages » (FGP 43, 3, 195 r°) – tandis que rien concernant Lieux n’est noté le vendredi 15 novembre.

2 Comédie d’Yves Jamiaque créée au théâtre des « Bouffes Parisiens » en septembre 1974 dans une mise en scène de Jacques Charon.

3 Le magasin de reprographie est désigné par son activité aux textes 9 (« Offset publicitaire et commercial ») et 29 (« Offset publicitaires et commerciaux ») ; le magasin de chaussures occupant plusieurs boutiques est appelé « Barlett » ou « Barlett Chaussures » dans les précédents « réels » de Choiseul.

4 Pour « Catherine Harley », voir le texte 9, n. 8 ; pour « Cactus Bazar », voir le texte 9, n. 7 ; en revanche, il n’a pas été question jusque-là de la « Maison du Lot-et-Garonne ».

5 La librairie pornographique s’appelle « Sexashop » (voir le texte 87, n. 7) ; le magasin de verreries s’appelle « À la Confiance » (voir par exemple les textes 9 et 29) ; le magasin avec une porte faite d’éléments d’armoire n’a pas de nom apparent, comme Perec le note dans le texte 56.

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.