Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
60Mabillon
62Saint-Honoré

61. Italie, souvenir 3

juillet 1971

Lieux
Juillet 1971
La place d’Italie

Paris
Rue de Seine
Le 3 août 1971

(lumière d’après orage)

Lointains souvenirs de vacances : J[acques] L[ederer], steward, y prenant un car pour Orly (moi peut-être l’accompagnant, ou bien nous venions de marcher interminablement).

Un camion, pris en stop à Auxerre, nous dépose P[aulette] et moi, retour de Druyes, sur cette place, si proche de la Mouffe et de notre maison1.

C’est pourtant un endroit peu familier.

Une manif, vers octobre ou novembre 612 : ma panique devant les « bidules » (longues matraques de bois qui paraîtraient aujourd’hui bien dérisoires).

La fin des Errants (février ou mars, 55 ou 56 ???) récompensé par un film noir : Mardi, ça saignera (de Hugo Fregonese, avec Edward G. Robinson : il me semble que ce n’était pas si mauvais)3.

Rigout, ses copains algériens, ses deux copines allemandes, sœurs, Gundrund4 et ?

Nour vécut aussi quelque temps boulevard Blanqui. Il y a laissé une valise qui contenait des draps, un litre d’eau de Cologne et quelques bouquins (dont un porno où il était question de fessées, de flagellations et de fustigations).

Le moyen de chauffage de Michel R[igout] : un poêle à bouteille de butagaz. Odeur caractéristique, retrouvée, à peu près à la même époque, chez Duvignaud, rue de la Glacière, et, beaucoup plus tard, chez Duvignaud toujours, mais à Carthage.

Récentes occasions d’y passer spontanément : en allant voir L’Étoile au front sous un chapiteau installé dans le parc de Choisy. Avec P[aulette] et Bénabou. En sortant, nous allâmes rue du Maine, dans un bouiboui appelé « Maria », retrouver Jean-François Adam et Patrick Lancelot, flanqués de Benayoum et de Richard Leduc, et trouver, par le plus grand des hasards, J[ean]-P[ierre] Sergent5.

NOTES

1 Druyes-les-Belles-Fontaines (voir le texte 15, n. 5) ; « notre maison » : l’appartement de Georges et Paulette Perec, rue de Quatrefages.

2 Octobre 1960 plutôt (voir le texte 17, n. 41).

3 Perec évoque plus précisément Les Errants (et cette sortie au cinéma) dans le texte 17. Probablement commencé durant l’été 1955, le roman fut dactylographié au début de l’année 1956 – puis en novembre de la même année, Perec envisagea d’en écrire une seconde version, (voir le texte 17, n. 10 et 28).

4 Voir le texte 17, n. 37.

5 Jean-François Adam : voir le texte 51, n. 1. Patrick Lancelot : acteur de cinéma et de théâtre (il jouait en avril 1971 dans L’Étoile au front de Raymond Roussel représentée dans le parc de Choisy et mise en scène par Jean Rougerie – voir le texte 77 ; voir également le texte 26, n. 34, entrée Agnès Carp) ; également producteur de cinéma. Benayoum : peut-être s’agit-il de Robert Benayoun, réalisateur, écrivain et critique de cinéma. Richard Leduc, acteur.

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.