Sommaire Index Documents
Textes Introductifs Mode d’emploi Se connecter
Contact Mentions légales & Crédits Charte pour la protection des données personnelles
© 2022
39Italie
41Saint-Louis

40. Franklin, réel 2

août 1970

Mercredi 2 septembre [1970]
Franklin-Roosevelt
Réel
11 h

Venant du Moulin

Sortant de la Serma (7e et last Eveready 1)

Circulation assez dense mais fluide

J’écris accoudé sur une barrière de métal telle qu’on en utilise pour les défilés militaires

Des parterres jaunes et rouges

Travaux près des deux bouches de métro

Chambres à côté du cinéma « Le Paris »

et en face (à côté du Figaro)

Sur le banc (?) (il y en a deux, je les voyais dans l’axe des Champs-Élysées et non presque perpendiculaires), en face du Figaro : « La mort de F[rançois] M[auriac] ressentie comme un deuil national ! »2

Gros rouleaux de canalisation ACOME usine de Mortain

Magasins « Pierre Jacy » Parfumeur
« Les Jardins de l’Élysée »
« Carven »
« Drugstore Publicis Matignon » en voie d’achèvement
(toit en chantier, rez-de-chaussée dé-palissadé3 ; devant,
tout l’appareillage d’air conditionné (?) à monter)

 

Parking au loin « Théâtre Marigny » on aperçoit la toile de tente orange et bleu du manège4

NOTES

1 À propos de Mr. Eveready et de la SERMA, voir le texte 28, n. 1. « 7e et last », désigne probablement la septième et dernière livraison d’épisodes du radio-feuilleton au commanditaire (dans son agenda pour 1970, Perec note ainsi, à des dates espacées : Eveready 2, Eveready 3, etc.).

2 « La mort de François Mauriac ressentie comme un deuil national » : titre à la une du Figaro du 2 septembre 1970, le lendemain de la mort de l’écrivain. On doit sans doute comprendre ici que Perec est alors assis sur « le » banc (celui de la fugue, également décrit dans la nouvelle et montré dans le film Les Lieux d’une fugue), en face du Figaro Le point d’interrogation concerne probablement l’unicité de ce banc (unique dans le souvenir de Perec, au moment où il écrit le récit de sa fugue, mais double en réalité). De même, le souvenir de Perec le ou les lui présente « dans l’axe » de l’avenue des Champs-Élysées, c’est-à-dire parallèles à celle-ci, et non perpendiculaires comme dans la réalité.

3 Ce détail se comprend par rapport au précédent « réel » de Franklin (texte 20).

4 Autre élément important (avec le banc) dans le récit de la fugue de Perec (voir supra, n. 2) ; dans le premier « souvenir » (texte 10) et le précédent « réel » de Franklin (texte 20), Perec émet l’hypothèse puis note qu’un parking a remplacé le manège – qui fait donc ici sa réapparition. Ce manège, montré dans le film Les Lieux d’une fugue, est mentionné au chapitre viii de La Vie mode d’emploi (Œ2, p. 42), sans doute pour y actualiser la contrainte « officieuse » de l’allusion à d’autres écrits de Perec dans chaque chapitre du livre, ainsi que dans Un cabinet d’amateur – dans la description d’un « paysage à manivelle » qui réemploie justement (entre autres) des éléments du chapitre viii de La Vie mode d’emploi (Paris, Seuil, coll. « La Librairie du xxe siècle », 1994, p. 30-33).

plus
Mes notes personnelles
Partager
Prendre des notes
Note sauvegardée
Le service a rencontré un problème réseau, merci de réessayer plus tard.